Le fado

Publié le 24 Juillet 2017

Le Fado - chanson des ports, chanson de Lisbonne, est étroitement liée à la mer et à la diaspora portugaise grâce à laquelle elle s'est enrichie de divers apports musicaux (musique européenne, arabe, africaine, brésilienne). Le Fado, pure émotion, vit de ce moment mystique qui se crée entre la poésie, le chant, l’accompagnement musical et le public, moment musical unique, mais universel qui transcende les barrières culturelles, générationnelles ou socio-culturelles. Le fado est l’expression musicale portugaise par excellence et son legs culturel le plus diffusé.

Le fado (du latin fatum, « destin ») est souvent comparé au flamenco espagnol, qui exprime également l’âme d’un peuple, l’odeur de sa terre. Ayant pour origine le lundum brésilien qui est un mélange de rythmique noire et de musique de cour portugaise, le fado a subi par la suite des influences maures et arabo-andalouses.

Le Fado est un genre de spectacle associant musique et poésie, très largement pratiqué au sein de diverses communautés de Lisbonne. C’est la synthèse multiculturelle de danses chantées afro-brésiliennes, de genres traditionnels locaux de chants et danses, de traditions musicales des zones rurales du pays apportées par les vagues successives d’immigration intérieure, et des courants de chant urbain cosmopolite du début du XIXe siècle. Le Fado est généralement interprété par un chanteur seul, homme ou femme, traditionnellement accompagné d’une guitare acoustique à cordes métalliques et de la guitarra portugaise, une cithare en forme de poire à douze cordes métalliques, spécifique au Portugal, qui a également un vaste répertoire solo. Depuis quelques décennies, l’accompagnement instrumental s’est enrichi : deux guitares portugaises, une guitare et une guitare basse. Le Fado est chanté par des professionnels dans le cadre de concerts organisés et dans de petites « maisons du Fado », et par des amateurs au sein de nombreuses associations locales dans les vieux quartiers de Lisbonne. Des cours informels par des interprètes plus anciens et respectés sont donnés dans les lieux traditionnels d’exécution du Fado, souvent sur plusieurs générations successives au sein des mêmes familles. La propagation du Fado par le biais de l’émigration et des circuits de la world music a renforcé son image de symbole de l’identité portugaise, débouchant sur un processus d’échanges interculturels avec d’autres traditions musicales. 

Né dans les quartiers populaires du Portugal dans les années 1820/1840, il s’est ensuite étendu pour être aussi écouté et apprécié par la bourgeoisie.  Il est, depuis le 27 novembre 2011, inscrit au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité. Deux variétés se distinguent :

  • Le fado de Lisbonne qui fut tout d’abord entonné dans les quartiers tels que l’Alfama, Mouraria, Bairro Alto ou encore Madragoa est chanté aussi bien par des hommes que par des femmes. Ses thématiques favorites sont la saudade, la tristesse et la nostalgie notamment.
  • Le fado de Coimbra issu des traditions académiques de l’université de la ville était, quant à lui, uniquement interprété par des hommes. En solo ou en groupe, ces chants sont accompagnés par la guitare sur des sonorités très différentes de celui de Lisbonne. Les thématiques abordées sont souvent les amours estudiantins et les textes ironiques.
  • http://www.arte.tv/fr/videos/075297-002-A/lisbonne-est-le-fado

 

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :